La taxe foncière, toujours en hausse

La taxe foncière n’a cessé d’augmenter ces cinq dernières années. Crise de l’immobilier, maires bâtisseurs, collectivités endettées… les raisons sont nombreuses. Mais la conséquence reste la même : les propriétaires sont les premiers touchés.

La taxe foncière continue son ascension

Le constat dressé par l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) est sans appel. En cinq ans, la taxe foncière a augmenté de plus de 21 % dans l’ensemble du pays. Une hausse beaucoup plus forte que l’inflation de 8,18% estimée par l’INSEE durant la même période.

D’après Jean Perrin, président de l’UNPI, le phénomène serait lié aux hausses cumulées des valeurs locatives et des taux d’imposition (+ 10,70 % en moyenne). Il faut dire que la suppression de la taxe professionnelle n’a rien arrangé. Les élus ont été obligés de se rabattre sur la taxe foncière afin de financer leurs nouvelles installations.

“Mettre fin à la hausse démesurée”

La taxe pèse de plus en plus lourd sur le budget des ménages. “Il y a des propriétaires qui vont devoir vendre leur maison pour payer les impôts. C’est inadmissible, inconcevable” dénonce Jean-Perrin sur RMC.

Dans son communiqué, l’UNPI prend les devants. Elle demande que les taux de taxe foncière soient bloqués et que, dans le même temps, l’augmentation soit corroborée à la majoration légale des valeurs locatives (limitée à l’inflation).

Les récentes études publiées dans le secteur de l’immobilier désignent souvent les réformes de Cécile Duflot comme étant la principale cause du manque de logements neufs. Nul doute que l’augmentation vertigineuse de la taxe foncière contribue, elle aussi, à la crise.

Ajoutez cet article à vos favoris..

A propos de Sébastien Pierre

Spécialiste et passionné par l'immobilier, vous retrouverez toutes les actualités sur les lois autour de l'investissement locatif.